Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2004 4 01 /01 /janvier /2004 00:00

En 2004, les Editions Carlotta Films éditent un coffret de trois DVD consacré à l'actrice américaine Louise Brooks. Ces DVD contiennent, outre trois films, des bonus concernant Louise Brooks, mais aussi des artistes et personnages qu'elle a inspirés. La ressemblance physique entre Louise Brooks et Olivia Sturgess n'ayant pas manqué d'être remarquée, on trouve donc dans ce coffret un entretien avec Floc'h intitulé "A propos d'Olivia..." :

 

 

"Sur les affiches des derniers films d'Alain Resnais, apparaît à chaque fois une femme au court carré de cheveux noirs. C'est Sabine Azéma, la seule actrice française que l'on associe immédiatement à la coupe Louise Brooks. Hasard ou coïncidence ? Deux décennies plus tôt, l'illustrateur Floc'h a imaginé une héroïne nommée Olivia Sturgess, vue dans trois albums de Floc'h et Rivière, Le Rendez-vous de Sevenoaks, Le Dossier Harding et A la recherche de Sir Malcolm.

Olivia Sturgess est une garçonne souvent vêtue de costumes masculins, de noeuds papillons et coiffée d'un casque de cheveux noirs. Les amateurs de bande dessinée n'ont vu en elle qu'une flapper des années trente  sans lien spécifique avec l'héroïne de Loulou, alors que son dessinateur a bel et bien songé à Louise Brooks, ajoutant un chapitre méconnu à la construction du mythe.


Floc’h : A l’époque où j’ai fait avec mon ami Rivière mon premier bouquin, qui s’appelait Le Rendez-vous de Sevenoaks et où apparaissait un personnage qui s’appelait Olivia Sturgess, il y avait une redécouverte de Louise Brooks au cinéma. Il faut comprendre que Louise Brooks a éclaté presque de nouveau. Non seulement on aimait les films, non seulement on aimait Louise Brooks, mais il apparaissait que Louise Brooks était quelqu’un de plus grand que ses films, qu’elle représentait même quelque chose de plus grand que les années 1920-1930. Je pourrais le dire de la meilleure façon en citant Poliakoff qui disait : "Il faut qu’un tableau soit plus grand que ses dimensions". Eh bien je pense que Louise Brooks était plus grande que le cadre dans lequel elle évoluait. Et donc, quand j’ai créé ce personnage, j’ai tout de suite eu envie d’utiliser l’apparence de Louise Brooks.

Dans un univers personnel, le personnage que l’on crée est une création composite. C’est à dire que l’on va prendre un petit peu de ceci, un petit peu de cela pour arriver à nos fins. Vita Sackville West pour le caractère androgyne, Virginia Woolf et Patricia Highsmith pour l’esprit d’écriture, Louise Brooks et Katherine Mansfield pour l’apparence physique. Je pense d’ailleurs que les deux autres dessinateurs qui l’ont utilisée à cette époque-là, à savoir Hugo Pratt et Guido Crepax, ont de la même façon pris Louise Brooks en partie simplement, même si, parce que c’est l’apparence première, elle semble être extrêmement utilisée, mais en fait chacun l’a amenée dans son monde, dans son univers personnel.

Je crois que c’est naturellement que je l’ai rendue plus masculine ou plus androgyne. C’est à dire que mon personnage porte volontiers le costume ou le tailleur et avec une cravate parce que cela dit : "Voila un personnage plus froid, plus intellectuel". Louise Brooks a des formes. Moi j’en ai fait quelqu’un de plus longiligne.

Plus j'avançais et, je dirais, mieux je dessinais, plus j'avais envie de me rapprocher de Louise Brooks en fait, c'est à dire plus j'avais envie d'enlever du masculin chez mon personnage et de la rendre plus jolie. Je crois que la différence aussi, c'est que mon personnage Olivia Sturgess a un nez un peu plus busqué pour ajouter à cette masculinité de la cérébralité.

Je pense que la particularité de Louise Brooks est sa modernité, c'est à dire qu'elle échappe aux années vingt. On sait que cette coupe de cheveux est un pur produit des années vingt, puisque beaucoup de femmes portaient cette coupe, et donc ce n'est pas elle qui l'a inventée, mais je pense que la vérité de la modernité de Louise Brooks n'est pas que dans cette coupe, mais dans Louise brooks elle-même. Il y a une simplicité dans son visage, son visage est moderne, cela pourrait être une fille d'aujourd'hui. Son esprit vif et libre y ajoute et transparaît dans son allure. A l'arrivée, elle battra peut-être même des monuments comme Greta Garbo et Marlène Dietrich dans le souvenir, en tout cas dans l'apparence physique. Pas dans la carrière, qui n'est pas de la même dimension, mais dans l'apparence physique et dans une sorte de modernité, c'est tout à fait possible qu'elle l'emporte."

 
Source : L'Homme dans la foule - Floc'h illustrateur

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Nota bene

Les dates sont données à titre indicatif.
Cliquez sur les images pour les agrandir.

Rechercher Sur Le Site